Les couleurs, c’est toute une histoire !

Rouge, jaune, vert, bleu ! Depuis les peintures rupestres des grottes de la Préhistoire jusqu’aux dessins et coloriages de nos enfants, les couleurs ont une longue histoire. Mais, toutes ces couleurs existent-elles réellement ? Comment l’œil humain les voit-il ? Mapiwee vous invite à découvrir l’histoire de la couleur.

Âge

Pour tous

Pour qui
Individuel
Proposé par la Team Mapiwee
3

Mais au fait, qui a inventé les couleurs ?

Il y a deux moyens d’obtenir des couleurs : à partir de pigments ou de colorants. Leur principale différence est que les pigments se présentent sous forme de poudre et ne sont pas solubles, alors que les colorants le sont. Les pigments sont surtout d’origine minérale (pierre, terre, ocre, soufre, craie…), mais ils peuvent aussi être d’origine végétale (charbon de bois) ou animale (os calcinés). Dès la Préhistoire, les hommes utilisent des pigments pour réaliser des fresques pariétales, comme celles de Lascaux ou de Chauvet par exemple.

A partir de l’Antiquité, on commence à utiliser des colorants issus du monde végétal et animal. Par exemple, on produit un rouge vif, l’alizarine, à partir de la racine de garance, ou du bleu à partir de la feuille de guède. Un petit insecte, le kermès, est séché et broyé pour produire un rouge écarlate. Au Moyen Age, la plupart des couleurs proviennent des végétaux, obtenues en les faisant macérer, bouillir ou cuire dans l’eau.

La révolution des colorants de synthèse

Au XIXe siècle, les progrès de la chimie permettent de fabriquer les premiers colorants de synthèse. Les chimistes Carl Graebe et Carl Liebermann parviennent à reproduire l’alizarine en laboratoire. C’est le premier colorant entièrement synthétique. Leur découverte ouvre la voie à la création de la grande diversité de couleurs que nous connaissons aujourd’hui. Par ailleurs, c’est un progrès pour la santé humaine, car certaines des substances utilisées auparavant étaient toxiques.

Comment fabrique-t-on la peinture ?

Pour obtenir de la peinture, on mélange des pigments à un liant, qui permet non seulement de lier les pigments entre eux, mais aussi de fixer les couleurs sur le support. On a utilisé différentes sortes de liants à travers les temps : des liants d’origine animale (jaune d’œuf et cire), et d’origine végétale, telles que la gomme arabique, issue de l’écorce d’acacia, ou la gomme de merisier.

Dans l’Antiquité, les peintres mélangeaient leurs pigments avec de la cire d’abeille. Au Moyen Age, les artistes adoptent la technique de la tempera, une peinture à l’eau liée au jaune d’œuf. A la fin du Moyen Age, la tempera est peu à peu abandonnée au profit de la peinture à l’huile, dont l’invention est attribuée au peintre Jan Van Eyck. Au XXe siècle, apparaissent les premières peintures acryliques. Elles présentent un double avantage, celui de se diluer à l’eau et d’être imperméables une fois sèches.

Comment notre œil perçoit-il les couleurs ?

Dans notre œil, il existe des photorécepteurs en forme de cônes, de trois types différents : sensibles au rouge, au vert ou au bleu (les trois couleurs primaires). A partir de ces trois couleurs, le cerveau peut reconstituer toutes les autres. Les couleurs n’existent pas réellement. Ce sont les yeux et le cerveau qui les construisent par les processus de vision et de perception. Cela explique des variations de perception des couleurs d’une personne à l’autre. Par exemple, chez les daltoniens, certains types de photorécepteurs ne fonctionnent pas, ce qui les empêchent de voir certaines couleurs.

Comprendre les différentes couleurs

Les couleurs sont divisées en 12 catégories : 3 couleurs primaires, 3 couleurs secondaires et 6 couleurs tertiaires. Les 3 couleurs primaires sont le bleu, le jaune et le rouge. Les 3 couleurs secondaires sont le vert, l’orange et le violet. On les obtient en mélangeant deux couleurs primaires : bleu et jaune = vert, jaune et rouge = orange, rouge et bleu = violet.

Il y a aussi 6 couleurs tertiaires : doré, écarlate, pourpre, indigo, turquoise et vert chartreuse, que l’on obtient en mélangeant une couleur primaire et la couleur secondaire située juste à côté dans le cercle chromatique. Tout cela est un peu théorique mais il est très amusant d’essayer tous ces mélanges avec de la gouache et d’observer le résultat. N’hésitez pas à faire découvrir la magie des couleurs à votre enfant !

Qu’est-ce que le cercle chromatique ?

Le cercle chromatique est aussi appelé roue des couleurs. Il propose une représentation ordonnée des couleurs, utile à tous ceux qui les utilisent : artistes, designers, décorateurs, couturiers, etc. Votre enfant peut l’utiliser pour apprendre à bien utiliser les couleurs dans ses dessins, peintures et coloriages.

Sur le cercle chromatique, on peut visualiser d’un seul coup d’œil les couleurs primaires, secondaires et complémentaires. Il permet aussi de différencier les couleurs froides des couleurs chaudes : les couleurs froides d’un côté avec le bleu, le vert et le violet, et leurs nuances ; de l’autre côté, les couleurs chaudes avec le rouge, l’orange, le jaune, et leurs nuances. Les couleurs opposées sur le cercle sont les couleurs dites complémentaires. Utilisées ensemble, elles se renforcent et se mettent mutuellement en valeur.

Cercle chromatique

Des expressions hautes en couleurs

La langue française comporte de nombreuses expressions intégrant des couleurs. Pour faire plaisir aux enfants qui aiment le français, en voici quelques-unes. On dit d’une personne qui a mauvaise mine qu’elle est blanche comme un linge. Un bon jardinier a la main verte. Voir la vie en rose, c’est être optimiste. Au contraire, broyer du noir veut dire que l’on est déprimé. Dans le même ordre d’idée, faire grise mine se dit d’une personne qui a l’air triste.

Si l’on vous dit que vous avez carte blanche, cela signifie que vous pouvez agir comme vous voulez. Avoir le feu vert, signifie que vous avez l’autorisation d’accomplir une action. Un cordon bleu est un très bon cuisiner. Un rire jaune est un rire forcé. Dire quelque chose de but en blanc signifie brusquement, sans prendre de précaution. Un bas-bleu est une femme pédante et un col bleu un ouvrier. Les fleurs bleues sont des personnes sentimentales et naïves…

Avoir une peur bleue, faire chou blanc… il y a beaucoup d’expressions françaises avec des couleurs. En connaissez-vous d’autres ?

Laisser mon avis sur cette activité

Ils l'ont testé

0

Laisser un commentaire

Pas de commentaire pour le moment.

Découvrez d'autres articles et activités

Cette fonctionnalité est réservée aux membres de la communauté Mapiwee !

Créer un compte

Me connecter