Les négociations du quotidien pour se faire obéir en douceur

Votre enfant refuse de se laver, de prendre son bain ou de manger ? Ces situations sont normales quand on est enfant, mais pas toujours faciles à gérer pour les parents. Entre céder pour éviter les conflits ou punir parce que vous ne voyez pas d’autre solution, s’intègre l’art subtil de la négociation, un moyen d’arriver à vos fins (presque) sans accroc. Un objectif séduisant, n’est-ce pas ?

1+

Âge

Pour tous

Pour qui
Individuel
Proposé par la Team Mapiwee
1

Négocier avec son enfant, c’est quoi exactement ?

Négocier avec votre enfant ne veut pas dire exercer un chantage pour obtenir ce que vous voulez. La logique de la carotte et du coup de bâton ne peut être assimilée à la négociation. Votre bambin ira au parc d’attractions, à condition qu’il accepte de ranger sa chambre. Il aura le vélo dont il rêve pour son anniversaire, s’il va se coucher sans ronchonner. Ces propositions ne seraient-elles pas une forme de chantage ? La négociation relève plutôt de la confrontation de deux points de vue différents, débouchant sur une solution pouvant satisfaire les deux parties. Votre bout de chou est obligé de manger des légumes, mais vous lui laissez le choix entre les brocolis et les haricots verts. Il doit se laver, mais il peut choisir entre la douche et le bain. La négociation permet de vous faire obéir, mais vous laissez à votre enfant une marge de manœuvre qui lui permet de gagner en autonomie. Finalement, tout le monde y gagne. Pas mal, non ?

Fixer un cadre aux négociations du quotidien

La négociation, c’est bien, mais votre bout de chou doit comprendre que tout n’est pas négociable. En fixant un cadre précis aux négociations, votre bambin comprendra qu’il a une marge de manœuvre dans certains cas, mais que dans d’autres cas, il ne peut rien espérer. Il doit comprendre que la négociation est possible pour choisir ses aliments ou les vêtements qu’il va porter, mais pour d’autres choses, comme la sécurité ou la politesse, il ne peut pas négocier. Pour être efficaces, les négociations ne doivent pas trop s’éterniser, car votre enfant pourrait découvrir qu’en argumentant sans fin, il peut user son adversaire (vous) et gagner la partie. Souvenez-vous à quel point il est débordant d’imagination quand il s’agit de retarder le moment d’aller au dodo ou d’éviter de manger les légumes que vous avez pourtant cuisinés avec tant d’amour !

Juste un caprice d’enfant ou une vraie revendication ?

Si votre enfant refuse d’obéir, il ne s’agit pas forcément d’un caprice, il a peut-être de bons arguments. Prenez le temps de l’écouter et d’engager le dialogue avec lui. Vous découvrirez peut-être qu’il refuse d’aller se coucher parce qu’il ressent cette obligation comme une injustice. Pourquoi ses parents ont-ils le droit de prolonger la soirée, alors qu’il doit aller dormir ? En lui expliquant pourquoi les enfants ont davantage besoin de sommeil que les adultes, il devrait accepter plus facilement l’obligation d’aller se coucher tôt. S’il refuse de manger des légumes, c’est peut-être parce qu’il n’aime pas la façon dont ils sont préparés ou qu’il n’apprécie pas leur odeur. Pourquoi ne pas lui proposer de choisir ensemble ceux qu’il préfère ? Vous pouvez aussi lui proposer de passer en cuisine pour participer à la préparation des repas. Cela peut être un moyen de l’inciter à goûter ces redoutables brocolis ou navets qu’il refuse obstinément de manger !

Quand l’argumentation devient un moyen de désobéir

Ce soir encore, votre enfant a décidé qu’il n’était pas indispensable de se laver avant d’aller dormir. Il vous a déclaré qu’il ne s’était pas sali de toute la journée, justement pour éviter d’avoir à passer par la case salle de bain en rentrant à la maison. D’accord, il va falloir la jouer serrée ! Cette situation a tendance à se reproduire un peu trop souvent ces derniers temps. Vous en avez peut-être assez de devoir répéter depuis une demi-heure qu’il doit aller se laver. Après une journée de travail fatigante, vous seriez bien tenté de le laisser faire ce qu’il veut ! Ce n’est pourtant pas le moment d’abdiquer, car ce serait montrer à votre enfant qu’en insistant et en présentant les arguments les plus fantaisistes, il peut finalement obtenir ce qu’il veut. Si ce soir il gagne, demain il risque de tester votre résistance en allant un peu plus loin. Il pourrait penser que se brosser les dents est décidément une activité bien ennuyeuse, et qu’en argumentant indéfiniment, il peut éviter de le faire. Négocier ne signifie pas trouver sans cesse de nouvelles raisons d’échapper à une obligation. C’est peut-être le moment de redevenir le maître du jeu, et de reprendre les négociations en vous limitant au cadre bien précis que vous vous êtes fixé.

Établir un contrat écrit

La négociation peut être abordée sur un mode ludique et créatif. Une fois que vous avez trouvé un compromis acceptable pour les deux parties, pourquoi ne pas imaginer un contrat, écrit ou dessiné sur une feuille de papier, reprenant les termes de votre accord ? Vous pouvez l’afficher bien en vue, afin de pouvoir le consulter en cas de contestation. C’est une façon de responsabiliser votre enfant en lui rappelant la valeur de son engagement !

Et vous, comment faites-vous pour inciter votre enfant à vous obéir. Maîtrisez-vous bien l’art subtil de la négociation ? Dites-nous quels sont vos trucs personnels pour que votre enfant accepte plus facilement de vous obéir.

Laisser mon avis sur cette activité

Ils l'ont testé

0

Laisser un commentaire

Pas de commentaire pour le moment.

Découvrez d'autres articles et activités

Cette fonctionnalité est réservée aux membres de la communauté Mapiwee !

Créer un compte

Me connecter