Pourquoi mon enfant est violent ?

Dans la cour de récréation ou au sein de la fratrie, l’agressivité chez l’enfant est fréquente. Votre bambin tape sur ses camarades, agresse verbalement sa maîtresse. Cette situation vous inquiète et crée des problèmes aussi bien avec les élèves, que leurs parents, ou son enseignant. Comment interpréter les gestes d’un enfant agressif ? Moyen d’expression ou vrai comportement violent ? Comment faire la différence ? Comment aider un enfant violent ?

Âge

Pour tous

Pour qui
Individuel
Proposé par la Team Mapiwee
1

Comment interpréter la violence de son enfant ?

L’agressivité chez l’enfant de moins de 5 ans

Si vous avez l’impression que votre bout de chou règle un peu trop souvent ses comptes en tapant sur ses petits copains, vous en concluez peut-être que votre enfant est violent. C’est un bien un grand mot pour qualifier ce qui n’est, en réalité, qu’un moyen d’expression. Il suffit de se glisser dans la peau d’un bambin de son âge pour mieux comprendre ce qui se passe dans le secret des garderies et des bacs à sable. A trois ans, quand on lorgne sur le beau joujou de son meilleur copain, et que l’on ne maîtrise pas encore l’art subtil du langage, la meilleure solution est de lui porter un bon coup de poing afin de pouvoir s’emparer du précieux objet. De votre point de vue d’adulte, vous jugez l’attitude peu diplomatique et tout à fait condamnable. Pourtant, elle ne dénote d’aucun penchant pour la brutalité, mais plutôt de l’absence d’autre moyen d’expression.

Cela ne veut pas dire qu’il faut laisser l’espace garderie se transformer en ring de boxe. Il faut, bien sûr, empêcher votre bambin de faire mal aux enfants qui l’entourent. Inutile d’aller au-delà. De la même manière, les enfants en bas âge “tapent” sur les adultes pour attirer leur attention ou pour exprimer leurs émotions. Parfois, cela va même un peu plus loin ; ils mordent, frappent, bousculent les personnes présentes autour d’eux pour exprimer des émotions fortes. Une fois de plus, ce ne sont que des comportements normaux, qui disparaissent avec l’acquisition du langage et des habiletés sociales. C’est le moment magique où votre petit Conan le Barbare se transforme en fin diplomate. Un vrai moment de grâce !

Après 5 ans : comment interpréter la violence de votre enfant ?

A partir de 5 ans, votre enfant est capable de raisonner et de développer ses capacités de langage. Il acquiert la notion de partage, commence à savoir argumenter et négocier, sa violence devient plus verbale que physique. En gros, il tape moins, il cause ! Il peut aussi comprendre les conséquences de ses gestes violents, ressentir de la culpabilité, reconnaître sa responsabilité, et peut même s’excuser. Quelle évolution ! N’est-ce pas ? Dans ces conditions, son agressivité est réfléchie. C’est à ce moment-là que l’on peut réellement commencer à parler de “violence”.

Comment gérer les accès de violence de votre enfant ?

La violence de votre enfant appelle des réponses à court terme et à long terme. A chaud, il faut arrêter ses gestes violents, en lui expliquant qu’ils font mal. Ne répondez jamais à la violence de votre enfant par la violence, sinon il penserait que c’est un mode de communication normal et serait tenté de reproduire ses gestes violents. Demandez-lui plutôt s’il aimerait recevoir des coups de la part des gens qui l’entourent. Dites-lui que ce n’est pas bien, que ça fait mal, sans en faire un drame. Il s’agit d’un simple incident, passez à autre chose, changez de sujet, riez avec lui, transformez l’expérience négative en quelque chose de positif.

L’agressivité de l’enfant peut parfois s’exprimer sous la forme d’une grosse colère : il tape, mord, jette ses jouets, hurle. Un vrai bonheur ! Surtout, ne criez pas, ne le menacez pas, ne vous énervez pas ; cela ne ferait qu’aggraver les choses. Essayez au contraire de lui parler doucement. Le contact physique peut avoir un effet apaisant. Le prendre dans vos bras, lui faire un câlin, ou même une simple caresse, peut suffire à l’apaiser. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez isoler votre bambin dans une pièce et attendre qu’il se calme. Quand sa colère est apaisée, dites-lui que ce qu’il vient de faire n’est pas bien et faites-lui comprendre que la colère n’est pas le seul moyen d’expression. Présentez-lui des alternatives : verbaliser ses émotions, exprimer sa volonté, chercher l’aide d’un adulte, prendre ses distances vis-à-vis d’un enfant qui l’a énervé, utiliser l’humour pour résoudre ses conflits, respirer profondément…

Un travail à long terme : formaliser la violence

En parlant avec votre enfant de ses gestes violents, vous l’aiderez à comprendre pourquoi il a un comportement agressif envers les autres. Aidez-le en formalisant ses émotions à sa place. Tu étais en colère parce que Julien avait pris ta trottinette ? C’est bien cela ? Au lieu de hurler, taper, mordre et griffer, tu peux lui dire que tu n’es pas content avec des mots. Je sais que tu peux le faire. Tu vas y arriver. L’encouragement est très important pour votre enfant. Quand il fait des progrès, faites-lui remarquer, encouragez-le à poursuivre ses efforts. Enfin, ne lui dites jamais qu’il est violent. Ce qu’il fait est violent, pas lui. Cette nuance est très importante pour éviter qu’il se fige dans un comportement agressif et devienne réellement violent.

D’où vient la violence de votre enfant ?

La violence relève le plus souvent d’un problème intérieur, d’un désordre émotionnel, d’un sentiment d’insécurité ; c’est une manière d’exprimer un manque, une émotion refoulée. L’enfant réagit comme un buvard en absorbant les émotions des personnes qui l’entourent. Si votre famille passe par des moments difficiles : naissance, déménagement, séparation, divorce, nouveau conjoint, naissance d’une petite sœur ou d’un petit frère, difficultés financières, etc., tous ces événements peuvent chambouler l’équilibre émotionnel de votre enfant.

En parlant avec lui, vous l’amènerez à mettre un nom sur son agressivité : colère, peur, tristesse, culpabilité ? Pour l’aider à s’exprimer, vous pouvez utiliser un moyen qu’il apprécie particulièrement, comme le dessin, le mime, le théâtre de marionnettes, le modelage, etc. Il y a aussi de nombreux livres qui traitent de l’agressivité des enfants. Vous pouvez les utiliser comme supports pour réfléchir avec lui sur ce thème. Cela lui permettra de s’identifier aux personnages et aux situations, et de découvrir des solutions pour contrôler son agressivité. Enfin, rassurez-vous, si votre enfant a des excès de violence, ce n’est pas votre faute, vous n’avez rien raté, le problème est ailleurs et il faut que vous le découvriez ensemble.

Votre enfant est-il fréquemment agressif ? Quelles sont vos solutions pour calmer son agressivité ?

Laisser mon avis sur cette activité

Ils l'ont testé

0

Laisser un commentaire

Pas de commentaire pour le moment.

Découvrez d'autres articles et activités

Cette fonctionnalité est réservée aux membres de la communauté Mapiwee !

Créer un compte

Me connecter